Retrouvez le cabinet dans la newsletter French District de ce mois-ci !

http://www.icontact-archive.com/archive?c=689734&f=14233&s=21159&m=638346&t=0e03d90596e59e66829b42315ce79dc1eddd1ef886e0a04c05eb701380d12581

Advertisements

Pourquoi peut-on déshériter ses enfants aux Etats-Unis ?

Retrouvez l’intervention de Me Houchet-Tran à se sujet dans l’article !

“Le texte de loi français prévoit une réserve héréditaire qui oblige à verser une partie de son héritage à ses enfants, même s’ils ont reçu des donations lors du vivant de la personne”, confirme l’avocate Noémie Houchet-Tran, spécialisée en droit international de la famille.

“Les Américains ont toujours fait primer la liberté individuelle, c’est l’héritage anglo-saxon et c’est avant tout une question de liberté. On peut dire que la France a un petit côté communiste sur ce sujet”, estime Noémie Houchet-Tran.

Pourquoi peut-on déshériter ses enfants aux Etats-Unis ?

 

Questions and answers about surrogacy in France

Me Noémie Houchet-Tran, attorney at the Paris Bar, responds to questions about the actual status and issues of the surrogacy practice in France :

– Does your jurisdiction recognize parentage conferred in other jurisdictions following surrogacy ? If so, is this only following an order having been made in the other jurisdiction?

At first, the Court of Cassation had accepted a partial transcription for the father if a biological link existed with the child but refused any transcription for the mother who had not given birth to the child, such a transcription being contrary to our international public policy.

The Court then hardened its case law by stating that both parents had committed fraud under French law by entering into such an agreement abroad and that no transcription could therefore be made.

This case law was totally contrary to the interests of these children, some of whom even found themselves stateless in practice. Indeed, while the United States, for example, gives nationality (and therefore a passport to return to France) to all children born in its territory, including surrogates, some States such as Ukraine, Georgia or Russia do not give their nationality, so that no travel documents can be issued until the French Consulate deigns to register the birth of the child.

This was the reason for France’s condemnation by the European Court of Human Rights on 26 June 2014 in its Mennesson and Labassée judgments. The Court had found that this refusal to transcribe was contrary to Article 8 guaranteeing respect for private and family life. Further convictions followed. On the other hand, the Court has never ruled on the possible legalization of surrogacy in France. When France is convicted, the Court of Cassation must review the cases.

As a result, there were many developments on the French side.

 
– Does your legal system have the facility to recognize the legal status of intended parents following an international surrogacy ? If so, is the structure which you have one of pre-birth or post-birth orders or other form of registration?

It is now admitted that children from surrogacy must receive French nationality. The transcription must also be made for the intentional father provided that a biological link exists, without this link being verified. For the intentional mother or the second father, the Court of Cassation requires the adoption of the spouse’s child, which in our opinion makes no sense since it is a question of adopting one’s own child. This also forces parents to marry. In addition, there are differences between jurisdictions, which is not without additional difficulties: some will require consent to adoption from the surrogate mother, who has abandoned all her rights and is not a legal parent with regard to the child.

Some find subterfuges by obtaining directly abroad, when possible, an adoption judgment that is then transcribed in France. This is particularly the case with Florida.

In Nantes, where the central civil registry office is located, significant progress was made in 2018: The Tribunal de Grande Instance, and then even the Prosecutor directly, decided to transcribe certain birth certificates directly in full for both intentional parents. The Court of Cassation has never gone that far.

At the end of 2018, when the Mennesson and Labassée cases were reviewed and based on these developments, the Advocate General at the Court of Cassation, in an extremely well-crafted opinion, stated that the transcription of acts for the intentional father must be ordered and that in the case of the intentional mother, without amendment of the Civil Code by the legislator, the fact that she has not given birth to the child always prevents the foreign act from being recognized as true within the meaning of Article 47 of the French Civil Code and that there is no need to postpone the examination of cases for opinion. However, the Court of Cassation sent a request to the European Court of Human Rights for an advisory opinion as to whether the refusal to transcribe a foreign act in so far as it designates the intentional mother as the legal mother was contrary to Article 8 of the Convention (respect for private and family life). It also asked the European Court whether it should distinguish between an intentional mother with a biological link or without a biological link. Finally, it asked the Court if the adoption process would meet the requirements of Article 8.

Of course, the same reasoning applies to the second dads.

The European Court replied on 10 April 2019:

“In the case of a child born abroad by surrogate motherhood and derived from the gametes of the intentional father and a third party donor and where the parent-child relationship between the child and the intentional father has been recognized in national law,

  1. the right to respect for the child’s private life, within the meaning of Article 8 of the European Convention on Human Rights, requires that domestic law provide a possibility of recognition of a parent-child relationship between the child and the intentional mother, referred to in the birth certificate legally established abroad as the “legal mother”.
  2. the right to respect for the child’s privacy does not require that this recognition be made by transcribing the birth certificate legally established abroad into civil status registers; it may be made by another means, such as the adoption of the child by the intentional mother. »

Roughly speaking, the European Court tells us: filiation between the child and the intentional non-biological mother (which is almost always the case in practice) must be established, but States are free to choose the legal means of achieving this, so adoption is a possible solution.

It is now official: the parent-child relationship must be established for both parents.

But the Court leaves States free to decide how to achieve this and does not impose any changes in the current case law of the Court of Cassation.

What is clear is that there is a clear desire to liberalize the process in the interests of children: some bold prosecutors order direct transcripts while the Advocate General at the Court of Cassation appeals to the legislator.

The Court of Cassation is expected to rule shortly in the light of this opinion. It is still free to change its case law. To be continued!

 
– Can you tell me anything that works well or works badly about the process that you have for conferring parentage following surrogacy?

When a child of at least one French parent is born abroad, the parents must either directly declare the birth to the French Consulate as if they were declaring the birth at the town hall or have the foreign birth certificate transcribed to the Consulate.

As a reminder, transcription is an administrative formality: the information from the foreign civil status record is copied onto the French registers in order to obtain a new French civil status record. This formality is not known by all countries. For example, this does not exist in the United States. You can be a U.S. citizen and keep your foreign birth certificate for life. Transcription is never mandatory in France but greatly facilitates the child’s future life, allowing him or her to obtain a French passport.

If transcription does not mean filiation, which may well exist without transcription, in practice it is on the occasion of transcription that France, via the public prosecutors in the first instance, will question the filiation relationship existing between the child born from a surrogate mother and his or her intended parents.

To request the transcription, parents thus use article 47 of the Civil Code, which states that “ full faith must be given to acts of civil status of French persons and of aliens made in a foreign country and drawn up in the forms in use in that country, unless other records or documents retained, external evidence, or elements drawn from the act itself establish, after all useful verifications if necessary, that the act is irregular, forged, or that the facts declared therein do not square with the truth. »

The foreign birth certificates of these children have all, except in exceptional cases, been duly obtained in the country of birth. This is therefore not a problem. The surrogate mother is sometimes mentioned in the foreign document, while in most cases the father and intentional mother (or the second non-biological father) are directly mentioned. 

Despite this, intentional parents have always faced difficulties in having their birth certificates transcribed in the name of our international public policy.

 

L’avis rendu par la Cour européenne des droits de l’homme le 10 avril 2019 en matière de gestation pour autrui

  • Qu’est-ce que la gestation pour autrui ?

La gestation pour autrui, plus vulgairement appelée convention de mère porteuse, consiste à porter un enfant pour un autre couple.

La mère porteuse abandonne tout droit sur l’enfant au profit du « père d’intention » et de la « mère d’intention » et ce en application du droit applicable sur le territoire où l’enfant naîtra.

Toujours interdite en France, cette pratique connaît néanmoins un succès certain auprès des couples français qui ne peuvent avoir d’enfants naturellement.

  • Les difficultés rencontrées à la naissance par les parents

Lorsqu’un enfant issu d’au moins un parent français naît à l’étranger, les parents doivent soit directement déclarer la naissance au Consulat de France comme s’ils déclaraient la naissance à la mairie, soit faire transcrire l’acte de naissance étranger au Consulat.

Pour rappel, la transcription est une formalité administrative : on recopie les informations de l’acte d’état civil étranger sur les registres français afin d’obtenir un nouvel acte d’état civil français. Cette formalité n’est pas connue par tous les pays. Par exemple, cela n’existe pas aux États-Unis. Vous pouvez avoir la nationalité américaine et conserver à vie votre acte de naissance étranger. La transcription n’est jamais obligatoireen France mais facilite grandement la vie future de l’enfant, lui permettant notamment d’obtenir un passeport français.

Si transcription ne veut pas dire filiation, qui peut bien exister sans transcription, dans la pratique c’est à l’occasion de la transcription que la France, via les procureurs de la République dans un premier temps, va s’interroger sur le lien de filiation existant entre l’enfant issu de mère porteuse et ses parents d’intention.

Pour solliciter la transcription, les parents utilisent ainsi l’article 47 du Code civil qui indique que « tout acte de l’état civil des Français et des étrangers fait en pays étranger et rédigé dans les formes usitées dans ce pays fait foi, sauf si d’autres actes ou pièces détenus, des données extérieures ou des éléments tirés de l’acte lui-même établissent, le cas échéant après toutes vérifications utiles, que cet acte est irrégulier, falsifié ou que les faits qui y sont déclarés ne correspondent pas à la réalité. »

Les actes de naissance étrangers de ces enfants ont sauf exception tous été régulièrement obtenus dans le pays de naissance. Ceci ne pose donc aucune difficulté. La mère porteuse parfois est mentionnée dans l’acte étranger tandis que dans la majorité des cas figurent directement le père et la mère d’intention (ou le second papa non biologique).

Malgré cela, les parents d’intention se heurtent depuis toujours à des difficultés pour faire transcrire leurs actes de naissances au nom de l’ordre public.

  • L’évolution de la jurisprudence

Dans un premier temps, la Cour de cassation avait admis une transcription partielle pour le père si un lien biologique existait avec l’enfant mais refusait toute transcription pour la mère qui n’avait pas accouché de l’enfant, une telle transcription se heurtant à notre ordre public international.

La Cour a ensuite durci sa jurisprudence en indiquant que les deux parents avaient commis une fraude à la loi française en allant conclure une telle convention à l’étranger et que partant aucune transcription ne pouvait s’effectuer.

Cette jurisprudence était totalement contraire à l’intérêt de ces enfants, certains se retrouvant même apatrides en pratique. En effet, si les États-Unis par exemple donnent la nationalité (et donc un passeport permettant de rentrer en France) à tous les enfants nés sur leur territoire, y compris par mère porteuse, certains États tels que l’Ukraine, la Géorgie ou la Russie ne donnent pas leur nationalité de sorte qu’aucun document de voyage ne peut être émis avant que le Consulat de France ne daigne enregistrer la naissance.

C’est ce qui a valu la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme le 26 juin 2014 dans ses arrêts MENNESSON et LABASSÉE. La Cour avait estimé que ce refus de transcription était contraire à l’article 8 garantissant le respect à la vie privée et familiale. D’autres condamnations ont suivi. La Cour ne s’est en revanche jamais prononcée sur une éventuelle légalisation de la GPA en France. Quand la France est condamnée, la Cour de cassation doit réexaminer les affaires.

En suite de cela, il y eut beaucoup d’évolutions du côté français.

Il est désormais acquis que les enfants issus de GPA doivent recevoir la nationalité française. La transcription doit également être opérée pour le père d’intention pourvu qu’un lien biologique existe, sans d’ailleurs que ce lien soit vérifié. Pour la mère d’intention ou le second papa, la Cour de cassation exige de recourir à l’adoption de l’enfant du conjoint, ce qui n’a à nos yeux aucun sens puisqu’il s’agit d’adopter son propre enfant.Ceci oblige également les parents à se marier. Des divergences existent en outre selon les juridictions, ce qui n’est pas sans poser des difficultés supplémentaires : certaines vont exiger un consentement à l’adoption de la mère porteuse, qui a pourtant abandonné tous ses droits et qui n’est chez elle personne vis-à-vis de l’enfant.

Certains trouvent des subterfuges en obtenant directement à l’étranger quand cela est possible un jugement d’adoption qu’on fait ensuite transcrire en France. C’est notamment le cas avec la Floride.

À Nantes, lieu du service central d’État civil, des avancées significatives se sont faites ressentir en 2018 : le Tribunal de Grande Instance, puis même directement le Procureur, ont décidé de transcrire directement certains actes de naissance en entier pour les deux parents d’intention. La Cour de cassation n’est pas revanche jamais allée jusque-là.

 

  • Le réexamen des dossiers MENNESSON et LABASSEE par la Cour de cassation et la demande d’avis par la Cour européenne des droits de l’homme

Fin 2018, lors du réexamen des dossiers MENNESSON ET LABASSÉE et fort de ces évolutions, l’avocat général près la Cour de cassation dans un avis extrêmement bien construit expose que la transcription des actes pour le père d’intention doit être ordonnée et que s’agissant de la mère d’intention, sans modification du Code civil par le législateur, le fait que celle-ci n’ait pas accouché de l’enfant empêche toujours de reconnaître l’acte étranger comme conforme à la réalité au sens de l’article 47 du Code civil et qu’il n’y a lieu à renvoyer l’examen des affaires pour avis. La Cour de cassation a toutefois adressé à la Cour européenne des droits de l’homme une demande d’avis consultatif afin de savoir si le refus de transcrire un acte étranger en ce qu’il désigne comme étant la mère légale la mère d’intention était contraire à l’article 8 de la Convention (respect de la vie privée et familiale). Elle lui demande également s’il y a lieu de distinguer mère d’intention avec lien biologique ou sans lien biologique. Elle lui demande enfin si le passage par l’adoption permet de répondre aux exigences de l’article 8.

Bien évidemment, le même raisonnement s’applique pour les seconds papas.

La Cour européenne a répondu le 10 avril 2019 :

« Pour le cas d’un enfant né à l’étranger par gestation pour autrui (GPA) et issu des gamètes du père d’intention et d’une tierce donneuse et alors que le lien de filiation entre l’enfant et le père d’intention a été reconnu en droit interne,

  1. le droit au respect de la vie privée de l’enfant, au sens de l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme, requiert que le droit interne offre une possibilité de reconnaissance d’un lien de filiation entre l’enfant et la mère d’intention, désignée dans l’acte de naissance légalement établi à l’étranger comme étant la « mère légale ».
  2. le droit au respect de la vie privée de l’enfant ne requiert pas que cette reconnaissance se fasse par la transcription sur les registres de l’état civil de l’acte de naissance légalement établi à l’étranger ; elle peut se faire par une autre voie, telle l’adoption de l’enfant par la mère d’intention. » 

 Grosso modo, la Cour européenne nous dit : la filiation entre l’enfant et la mère d’intention non biologique (ce qui est quasiment toujours le cas en pratique) doit être établie mais les États sont libres de choisir le moyen légal d’y parvenir, de sorte que l’adoption est une solution possible.

C’est donc désormais officiel : le lien de filiation DOIT être établi pour les deux parents.

Mais la Cour laissant aux États toute latitude sur la façon d’y parvenir, elle n’impose aucun changement dans la jurisprudence actuelle de la Cour de cassation.

Ce qui est clair c’est qu’on note une volonté certaine de libéraliser le processus dans l’intérêt des enfants : certains audacieux procureurs ordonnent des transcriptions directes tandis que l’avocat général près la Cour de cassation en appelle au législateur.

La Cour de cassation doit statuer prochainement au vu de cet avis. Elle est encore libre de modifier sa jurisprudence. À suivre donc !

 

Noémie HOUCHET-TRAN
Avocat à la cour

37 rue d’Amsterdam 75008 Paris
Fond de cour. 2ème étage
Tél: +33 (0)1.84.16.02.93 Fax: +33 (0)1.84.16.02.95
noemie.houchet.tran@gmail.com
Toque E1391
 

 

Retrouvez dès à présent le dernier article de Me Houchet-Tran sur l’affaire Michael Jackson, ainsi que sa version anglaise ! / Find now Me Houchet-Tran’s latest article on Michael Jackson, and its English version !

https://frenchdistrict.com/new-york/articles/affaire-michael-jackson-elements-judiciares-enquete-maitre-houchet-tran/

Michael Jackson, pedophile What about judicial elements