Partage d’un article : the latest issue of “Praxis des Internationalen Privat- und Verfahrensrechts (IPRax)”

C. Kohler: Limits of mutual trust in the European judicial area: the judgment of the ECtHR in Avotin?š v. Latvia

In Avoti?š v. Latvia the European Court of Human Rights opposes the consequences of the principle of mutual trust between EU Member States which the Court of Justice of the European Union highlighted in Opinion 2/13. The ECtHR sees the risk that the principle of mutual trust in EU law may run counter to the obligations of the Member States flowing from the ECHR. In the context of judgment recognition the State addressed must be empowered to review any serious allegation of a violation of Convention rights in the State of origin in order to assess whether the protection of such rights has been manifestly deficient. Such a review must be conducted even if opposed by EU law. The author evaluates the Avoti?š judgment in the light of the recent case-law of the CJEU which gives increased importance to the effective protection of fundamental rights. In view of that case-law the opposition between the two European courts seems less dramatic as their competing approach towards the protection of fundamental rights shows new elements of convergence.

S. L. Gössl: The Proposed Article 10a EGBGB: A Conflict of Laws Rule Supplementing the Proposed Gender Diversity Act (Geschlechtervielfaltsgesetz)

In 2017 the German Institute for Human Rights published an expertise for the Federal Ministry of Family Affairs, Senior Citizens, Women and Youth on the topic of “Gender Diversity in Law”. The expertise proposed several legal changes and amendments, including a conflict of laws rule regarding the determination of the legal sex of a person (art. 10a EGBGB). The proposal follows the current practise to use the citizenship of the person in question as the central connecting factor. In case of a foreigner having the habitual residence in Germany, or a minor having a parent with a habitual residence in Germany, a choice of German law is possible, instead. The rule reflects the change of substantive law regarding the legal sex determination from a binary biological-medical to a more open autonomy-based approach.

R. Geimer: Vertragsbruch durch Hoheitsakt: „Once a trader, not always a trader?“ – Immunitätsrechtlicher Manövrierspielraum für Schuldnerstaaten?

A debtor state’s inability to invoke state immunity: The issuance of bonds constitutes an actus gestionis, which cannot be altered to an actus imperii by legislative changes that unilaterally amend the terms of the bonds.

P. Mankowski: Occupied and annected territories in private international law

Private international law and international law are two different cups of tea. Private international law is not bound in the strict sense by the revelations of international law. An important point of divergence is as to whether occupied territories should be regarded as territories reigned by the occupying State or not. Private international law answers this in the affirmative if that State exerts effective power in the said territory. Private parties simply have to obey its rules and must adapt to them, with emigration being the only feasible exit. The State to whom the territory belonged before the occupation has lost its sway. This applies regardless whether UNO or EU have for whichever reasons uttered a different point of view. For instance, East Jerusalem should be regarded as part of Israel for the purposes of private international law, contrary to a recent decision of the Oberlandesgericht München.

F. Eichel: Cross-border service of claim forms and priority of proceedings in case of missing or poor translations

In recent times, there has been a growing number of inner-European multifora disputes where the claimant first lodged the claim with the court, but has lost his priority over the opponent’s claim because of trouble with the service of the claim forms. Although Art. 32 (1) (a) Brussels Ibis Regulation states that the time when the document is lodged with the courts is decisive on which court is “the court first seised” in terms of Art. 29 Brussels Ibis Regulation, there has been dissent among German Courts whether the same is true when the service has failed due to a missing or poor translation under the EU Service Regulation (Regulation EC No 1393/2007; cf. also the French Cour de Cassation, 28.10.2008, 98 Rev. Crit. DIP, 93 [2009]). Although the claimant is responsible for deciding whether the claim forms have to be translated, the author argues that Art. 32 (1) (a) Brussels Ibis Regulation is applicable so that the claimant can initiate a second service of the document after the addressee has refused to accept the documents pursuant to Art. 8 para. 1 EU Service Regulation. The claimant does not loose priority as long as he applies for a second service accompanied by a due translation as soon as possible after the refusal. In this regard, following the Leffler decision of the ECJ (ECLI:EU:C:2005:665), a period of one month from receipt by the transmitting agency of the information relating to the refusal may be regarded as appropriate unless special circumstances indicate otherwise.

P. Huber:A new judgment on a well-known issue: contract and tort in European Private International Law

The article discusses the judgment of the ECJ in the Granarolo case. The core issue of the judgment is whether an action for damages founded on an abrupt termination of a long-standing business relationship qualifies as contractual or as a matter of tort for the purposes of the Brussels I Regulation. The court held that a contract need not be in writing and that it can also be concluded tacitly. It stated further that if on that basis a contract was concluded, the contractual head of jurisdiction in Art. 5 Nr. 1 Brussels I Regulation will apply, even if the respective provision is classified as a matter of tort in the relevant national law. The author supports this finding and suggests that it should also be applied to the distinction between the Rome I Regulation and the Rome II Regulation.

D. Martiny: Compensation claims by motor vehicle liability insurers in tractor-trailer accidents having German and Lithuanian connections

The judgment of the ECJ of 21/1/2016 deals with multiple accidents in Germany caused by a tractor unit coupled with a trailer, each of the damage-causing vehicles being insured by different Lithuanian insurers. Since in contrast to Lithuanian law under German law also the insurer of the trailer is liable, after having paid full compensation the Lithuanian insurer of the tractor unit brought an indemnity action against the Lithuanian insurer of the trailer. On requests for a preliminary ruling from Lithuanian courts, the ECJ held that Art. 14 of the Directive 2009/103/EC of 16/9/2009 relating to insurance against civil liability in respect of the use of motor vehicles deals only with the principle of a “single premium” and does not contain a conflict rule. According to the ECJ there was no contractual undertaking between the two insurers. Therefore, there exists a “non-contractual obligation” in the sense of the Rome II Regulation. Pursuant to Art. 19 Rome II, the issue of any subrogation of the victim’s rights is governed by the law applicable to the obligation of the third party – namely the civil liability insurer – to compensate that victim. That is the law applicable to the insurance contract (Art. 7 Rome I). However, the law applicable to the non-contractual obligation of the tortfeasor also governs the basis, the extent of liability and any division of his liability (Art. 15 [a] [b] Rome II). Without mentioning Art. 20 Rome II, the ECJ ruled that this division of liability was also decisive for the compensation claim of the insurer of the tractor unit. A judgment of the Supreme Court of Lithuania of 6/5/2016 has complied with the ruling of the ECJ. It grants compensation and applies also the rule of German law on the common liability of the insurers of the tractor unit and trailer.

P.-A. Brand: Jurisdiction and Applicable Law in Cartel Damages Claims

It can be expected that the number of cartel damages suits in the courts of the EU member states will substantially increase in the light of the EU Cartel Damages Directive and its incorporation in the national laws of the EU member states. Quite often the issues of jurisdiction and the applicable law play a major role in those cases, obviously in addition to the issues of competition law. The District Court Düsseldorf in its judgement on the so-called “Autoglas-cartel” has made significant remarks in particular with regard to international jurisdiction for claims against jointly and severally liable cartelists and on the issue of the applicable law before and after the 7th amendment of the German Act against Restraints of Competition (GWB) on 1 July 2005. The judgement contributes substantially to the clarification of some highly disputed issues of the law of International Civil Procedure and the Conflict of Law Rules. This applies in particular to the definition of the term “Closely Connected” according to article 6 para 1 of the Brussels I Regulation (now article 8 para 1 Brussels I recast) in the context of international jurisdiction for law suits against a number of defendants from different member states and the law applicable to cartel damages claims in cross-border cartels and the rebuttal of the so-called “mosaic-principle”.

A. Schreiber: Granting of reciprocity within the German-Russian recognition practice

Germany and the Russian Federation have not concluded an international treaty which would regulate the mutual recognition of court decisions. The recognition according to the German autonomous right requires the granting of reciprocity pursuant to Sec. 328 para. 1 No. 1 of the German Code of Civil Procedure. The Higher Regional Court of Hamburg has denied the fulfilment of this requirement by (not final) judgement of 13 July 2016 in case 6 U 152/11. The comment on this decision shows that the estimation of the court is questionable considering the – for the relevant examination – only decisive Russian recognition practice.

K. Siehr: Marry in haste, repent at leisure. International Jurisdiction and Choice of the Applicable Law for Divorce of a Mixed Italian-American Marriage

An Italian wife and an American husband married in Philadelphia/Pennsylvania in November 2010. After two months of matrimonial community the spouses separated and moved to Italy (the wife) and to Texas (the husband). The wife asked for divorce in Italy and presented a document in which the spouses agreed to have the divorce law of Pennsylvania to be applied. The Tribunale di Pordenone accepted jurisdiction under Art. 3 (1) (a) last indent Brussels II-Regulation and determined the applicable law according to Rome III-Regulation which is applicable in Italy since 21 June 2012. The choice of the applicable law as valid under Art. 5 (1) (d) Rome III-Regulation in combination with Art. 14 lit. c Rome III-Regulation concerning states with more than one territory with different legal systems. The law of Pennsylvania was correctly applied and a violation of the Italian ordre public was denied because Italy applies foreign law even if foreign law does not require a legal separation by court decree. There were no effects of divorce which raised any problem.

M. Wietzorek: Concerning the Recognition and Enforcement of German Decisions in the Republic of Zimbabwe

The present contribution is dedicated to the question of whether decisions of German courts – in particular, decisions ordering the payment of money – may be recognized and declared enforceable in the Republic of Zimbabwe. An overview of the rules under Zimbabwean statutory law and common law (including a report on the interpretation of the applicable conditions, respectively grounds for refusal, in Zimbabwean case law) is followed by an assessment of whether reciprocity, as required by section 328 subsection 1 number 5 of the German Civil Procedure Code, may be considered as established with respect to Zimbabwe.

A. Anthimos: Winds of change in the recognition of foreign adult adoption decrees in Greece

On September 22, 2016, the Plenum of the Greek Supreme Court published a groundbreaking ruling on the issue of the recognition of foreign adult adoption decrees. The decision demonstrates the respect shown to the judgments of the European Court of Human Rights, especially in the aftermath of the notorious Negrepontis case, and symbolizes the Supreme Court’s shift from previous rulings.

 

Source : conflictoflaw.net

Partage d’un article : The U.S. Supreme Court Further Narrows Specific Jurisdiction over Nonresident Defendants / La Cour suprême des États-Unis affine davantage les règles de compétence spécifique pour les défendeurs non résidents

Many thanks to Dr. Cristina M. Mariottini for sharing the news of this very recent decision by the U.S. Supreme Court on specific jurisdiction. 

On June 19th, 2017 the U.S. Supreme Court rendered a new opinion on the issue of specific jurisdiction over nonresident defendants in Bristol-Myers Squibb v. Superior Court of California. In an 8-to-1 opinion penned by Justice Alito (Sotomayor, J., dissenting), the majority ruled that, as a result of the limitations imposed on jurisdiction by the due process clause, California courts lack specific jurisdiction to entertain the product liability claims brought (along with resident plaintiffs) by plaintiffs who are not California residents, regardless of the fact that all the claims are the same, because of an insufficient connection between the forum and the specific claims at issue.

A group of plaintiffs – consisting of 86 California residents and 592 residents from 33 other States – sought compensation before Californian State courts for injuries associated with the consumption of the Bristol-Myers Squibb drug Plavix. Bristol-Myers Squibb, incorporated in Delaware and headquartered in New York, contracted with a State distributor in California, but it also engaged in business activities nationwide, extensively promoting and marketing the drug.

On the grounds that it “resembles a loose and spurious form of general jurisdiction”, the U.S. Supreme Court refuted the “sliding scale approach to specific jurisdiction” on which the California Supreme Court relied when it asserted (by majority) specific jurisdiction over the nonresidents claims. Applying this test, the California Supreme Court concluded that Bristol-Myers Squibb’s “extensive contacts with California” permitted the exercise of specific jurisdiction “based on a less direct connection between [Bristol-Myers Squibb’s] forum activities and plaintiffs’ claims than might otherwise be required”. This attenuated requirement was satisfied, the California Supreme Court found, because the claims of the nonresidents were similar in several ways to the claims of the California residents (as to which specific jurisdiction was uncontested).

Reversing the decision of the California Supreme Court and assertively relying on its precedents, the majority of the U.S. Supreme Court ruled that “for specific jurisdiction, a defendant’s general connections with the forum are not enough”. Among the variety of interests that a court must take into consideration in determining whether the assertion of personal jurisdiction is constitutionally proper are “the interests of the forum State and of the plaintiff in proceeding with the cause in the plaintiff’s forum of choice”. Restrictions on personal jurisdiction “are more than a guarantee of immunity from inconvenient or distant litigation. They are a consequence of territorial limitations on the power of the respective States”. Relying, in particular, on Walden v. Fiore et al. (“a defendant’s relationship with a… third party, standing alone, is an insufficient basis for jurisdiction”), the majority of the Court held that, to assert jurisdiction, “a connection between the forum and the specific claims at issue” is needed and that “this remains true even when third parties (here, the plaintiffs who reside in California) can bring claims similar to those brought by the nonresidents”. The mere fact, as in the case at hand, that other (resident) plaintiffs were prescribed, obtained, and ingested a medication in a State – and allegedly sustained the same injuries as did the nonresidents – does not allow that State to assert specific jurisdiction over the nonresidents’ claims.

In her dissent, however, Justice Sotomayor challenged the majority’s core conclusion that the exercise of specific jurisdiction in the case at hand would conflict with the Court’s decision in Walden v. Fiore, stating that “Walden concerned the requirement that a defendant ‘purposefully avail’ himself of a forum State or ‘purposefully direc[t]’ his conduct toward that State […], not the separate requirement that a plaintiff’s claim ‘arise out of or relate to’ a defendant’s forum contacts”. Looking at the overall picture of personal jurisdiction in the U.S. and advocating for a balanced approach to general and specific jurisdiction, respectively, Justice Sotomayor underscored the “substantial curbs on the exercise of general jurisdiction” that the Court imposed with its decision in Daimler AG v. Bauman (in which Justice Sotomayor filed a concurring opinion and whose principles were reaffirmed as recently as last month in BNSF Railway Co. v. Tyrrell). In her dissent Justice Sotomayor further observed that, with its decision in Bristol-Myers Squibb(and – one may add – even more so with its plurality opinion in J. McIntyre Machinery, Ltd. v. Nicastro), the Court has introduced a similar contraction of specific jurisdiction. This contraction “will result in piecemeal litigation and the bifurcation of claims” curtailing, to a certain extent, plaintiffs’ ability to “hold corporations fully accountable for their nationwide conduct”. The majority’s response to this objection that “The Court’s decision… does not prevent the California and out-of-State plaintiffs from joining together in a consolidated action in the States that have general jurisdiction over [Bristol-Myers Squibb]. Alternatively, the nonresident plaintiffs could probably sue together in their respective home States” is of limited avail to those national plaintiffs who wish to bring a consolidated action in case the corporation’s “home” is abroad and, overall, it seems to confirm the Court’s trend towards progressively relinquishing jurisdiction in favor of foreign courts.

  

Source : conflit of law.net 

Point sur le déménagement à venir du TGI

Le déménagement commencera le 12 avril 2018.

Dès le 29 juin 2018, tous les services auront entièrement déménagé.

S’agissant de la mise en service du TGI, elle est prévue le 16 avril 2018. Un service qui déménage une journée est complètement hors de fonctionnement pendant une semaine.

La période de services allégés sera jusqu’à fin avril. Un service renforcé sera mis en place pour l’urgence civile (référé et requêtes présidentielles), les affaires familiales et les saisies immobilières.

À compter du lundi 14 mai toute l’activité civile reprendra de façon habituelle. Le tribunal d’instance de Paris (regroupant les 20 tribunaux d’instance) sera créé le 14 mai 2018.

Le nouveau palais de justice comptera 90 salles d’audience pénale et civile. Tout ce qui concerne le civil sera à droite et le pénal à gauche. Les audiences JAF se tiendront dans des salles d’audience dédiées au 6ème étage.

Magistrats, avocats et fonctionnaires auront une entrée commune, distinctes de celle du public.

Les accueils seront désormais spécialisés. Un réservé aux avocats du Barreau de Paris a été créé, au 6ème étage, notamment pour déposer des dossiers de plaidoirie ou formuler des recours. Il ne sera plus nécessaire de courir entre les étages, même s’il sera possible de se rendre directement au greffe concerné.

Pour des raisons de sécurité (afin de compter le nombre de personne dans chaque étage) chaque avocat, magistrat et fonctionnaire disposera d’une carte avec son nom et sa photo lui permettant d’accéder au Palais sans portique et sans rayon X. Elles commenceront à être diffusée à la rentrée, et les données serviront également pour rentrer dans la maison des avocats. La maîtrise ordinale des données afférentes en est confiée au Bâtonnier.

Pour les transports en commun : ligne 13, le RER C (station Porte de Clichy) ou encore la ligne 28 de bus. Le tramway T3 sera inauguré en décembre 2018.

La révision du Règlement Bruxelles II Bis

« Le 30 juin 2016, la Commission européenne a proposé une refonte du règlement n°2201/2003 du 27 novembre 2203 relatif à la compétence judiciaire, la reconnaissance et l’exécution des décisions en matière matrimoniale et de responsabilité parentale, dit Bruxelles II Bis. »

En voici les principales idées.

I – Le choix de l’approche : La dispersion des règles relatives au contentieux familial

La compétence

En politique il est d’usage de dire “Plus le pouvoir est dispersé moins on peut en abuser.” Le législateur européen évite ainsi sûrement que les juridictions, par une trop grande concentration des compétences, n’abusent de leurs pouvoirs.

Cependant les options de compétence proposées par le Règlement apparaissent trop nombreuses par rapport aux besoins des dossiers, mais aussi trop restreintes en ce qu’elles conduisent à des situations de blocage.

C’est le cas par exemple d’un couple franco-italien ayant vécu des années à Dubaï. Ils n’ont pas de nationalité commune (pour rappel un européen ne peut être attrait devant un autre État membre que le sien en raison d’un privilège de juridiction dont bénéficie son époux européen). Si l’époux français pourrait être attrait en France selon l’article 15 du Code civil (« Un Français pourra être traduit devant un tribunal de France, pour des obligations par lui contractées en pays étranger, même avec un étranger. »), la compétence du juge serait très limitée, conduisant à ne pas rendre cette option judicieuse et donc à ne pas saisir le juge français.

Pour rappel, concernant les compétences quant au divorce, elles sont fondées sur l’article 3 du Règlement.

« 1. Sont compétentes pour statuer sur les questions relatives au divorce, à la séparation de corps et à l’annulation du mariage des époux, les juridictions de l’État membre:

  1. a) sur le territoire duquel se trouve:

– la résidence habituelle des époux, ou

– la dernière résidence habituelle des époux dans la mesure où l’un d’eux y réside encore, ou

– la résidence habituelle du défendeur, ou

– en cas de demande conjointe, la résidence habituelle de l’un ou l’autre époux, ou

– la résidence habituelle du demandeur s’il y a résidé depuis au moins une année immédiatement avant l’introduction de la demande, ou

– la résidence habituelle du demandeur s’il y a résidé depuis au moins six mois immédiatement avant l’introduction de la demande et s’il est soit ressortissant de l’État membre en question, soit, dans le cas du Royaume-Uni et de l’Irlande, s’il y a son “domicile”;

  1. b) de la nationalité des deux époux ou, dans le cas du Royaume-Uni et de l’Irlande, du “domicile” commun.
  2. Aux fins du présent règlement, le terme “domicile” s’entend au sens des systèmes juridiques du Royaume-Uni et de l’Irlande. »

Les États membres ne parviennent cependant pas à un consensus visant à la réduction des chefs de compétence énumérés.

S’agissant la responsabilité parentale, la compétence est fondée sur le lieu de résidence de l’enfant. Or celle sur le divorce l’est dans la pratique très souvent selon la nationalité des parties, créant une dissociation du litige dès ce stade. En pratique donc, sauf prorogation de compétence avec vérification de l’intérêt de l’enfant (Article 12 – Prorogation de compétence), le litige sera morcelé.

Relativement aux régimes matrimoniaux, jusqu’ici les règles de droit interne, notamment l’article 1070 du Code civil, sont étendues à l’international. Avec le nouveau Règlement, une dose de complexité est rajoutée car il n’y aura pas systématiquement de concentration de compétences entre les mains du juge du divorce. En principe, elle sera liée, cependant l’article 5 apporte un bémol.

Pour les obligations alimentaires, la compétence est en principe celle du lieu de résidence du créancier. 

Les lois applicables

Les rattachements qui désignent telle ou telle loi sont souvent les mêmes (nationalités des parties, lieu de résidence…) mais la révision du Règlement Bruxelles II Bis ne permet pas vraiment de limiter les risques de discontinuité dans l’application des lois.

Rien n’est en effet modifié quant à la multiplicité des instruments applicables au niveau européen. Il n’y a pas d’unicité des règles de conflits quant aux institutions en cause.

Pourtant quelques remèdes étaient envisageables :

  • Refonte globale ou partielle des instruments, ou poursuite des uniformisations ;
  • Jouer indirectement sur la loi applicable à travers l’aménagement des règles de conflits de juridictions quant au divorce et à la responsabilité parentale ;
  • Actualiser le Règlement Bruxelles II bis pour le mettre en harmonie avec les instruments plus récents mis en place au niveau européen, notamment en permettant le choix du juge ou la possibilité de renvoyer la compétence au juge mieux placé, à l’initiative des parties, du juge saisi, ou encore du juge d’un État tiers.

II – La matière matrimoniale

Ici, la révision se place sous le signe de l’immobilisme.

En effet, si le manque de cohérence du législateur européen est dû en notamment aux différences de politiques des États membres, il marque surtout sa faiblesse, laquelle se voit répercutée dans les législations nationales. Le législateur français a ainsi appliqué la réforme du divorce par consentement mutuel sans tenir compte du droit européen, par exemple en créant un for général du divorce en France sans qu’aucun des époux n’ait de lien de rattachement avec ce pays.

L’autonomie de la volonté des époux aurait dû en être au cœur de la refonte car s’ils peuvent choisir la loi applicable à leur divorce, ils ne peuvent pas choisir leur juge. Aucune explication officielle n’a été donnée à cet égard.@p

Il n’existe donc pas d’innovation apportée quant à l’autonomie de la volonté des époux sur le choix de juridiction. Or si les parties peuvent choisir leur loi, le corolaire naturel aurait été de leur permettre de choisir également leur juge. Compétences législative et juridictionnelle ne sont donc pas liées. Le choix de la loi applicable se voit donc privé de moyen d’efficacité pratique.

Ce n’est que dans l’hypothèse où les chefs de compétence ne désignent pas le juge d’un Etat membre pour que les époux peuvent choisir a posteriori leur juge. Or en pratique à ce stade le conflit est déjà enclenché et un accord ne sera donc que très rarement trouvé entre les parties.

III – La matière de la responsabilité parentale

C’est sur ce sujet que la refonte apporte le plus de changements notamment à la vue des difficultés pratiques que pose l’enlèvement parental.

Ce qui est dénoncé en premier lieu c’est la lenteur de la procédure et la complexité qu’introduisent les demandes d’exequatur.

Le facteur temps

Cette question se retrouve dans tous les aspects de la responsabilité parentale.

La refonte entend réduire les délais de procédure notamment dans les affaires d’enlèvement d’enfant. En effet l’impact du temps est vu comme fondamentalement négatif, partiellement en raison des conséquences néfastes sur les droits fondamentaux de l’enfant en cause, dont celui d’entretenir des relations personnelles avec ses deux parents.

  • Le temps vu comme un moment

La Commission estime que lorsque la résidence habituelle de l’enfant change en raison d’un déménagement, la compétence devrait suivre la résidence afin de maintenir un lien avec l’enfant, gage de proximité, alors même que l’instance est engagée. Or cette proposition peut surprendre car elle semble en contradiction avec l’accélération et l’efficacité de la justice voulues. C’est au regard des relations avec les États tiers à l’Union européenne qu’elle se comprend mieux. Elle reviendrait en effet à aligner le Règlement avec la Convention de la Haye qui contient déjà cette disposition.

  • Le temps vu comme une durée

La durée peut constituer une menace quand il s’agit de mettre en place des mesures de protection de l’enfant. Mais la durée peut aussi être synonyme de consolidation lorsqu’il s’agit d’intégrer l’enfant dans son nouvel environnement.

Le Règlement est caractérisé par des lenteurs qui sont vues comme excessives, surtout sur quatre points :

  • Les enlèvements d’enfants : tout le mécanisme du retour de l’enfant repose sur la présupposition qu’un retour rapide est dans l’intérêt de l’enfant. Or en pratique la célérité n’est pas toujours assurée, le délai de six semaines de l’article 23 étant très rarement respecté. Donc en ordonnant le retour trop tardivement on va à l’encontre de l’intérêt de l’enfant.
  • Le placement hors frontière dans un autre État membre de l’enfant : l’autorité qui entend placer l’enfant dans un autre État membre doit normalement consulter l’autorité qui est compétente. Or en pratique cela présente des difficultés car il faut rechercher l’autorité requise selon le droit interne, et cette dernière ne respecte pas toujours les délais requis.
  • L’exécution des décisions : l’exequatur est toujours requis en dehors des décisions sur le droit de visite et de retour. Même s’il s’agit d’une procédure simplifiée sur requête, cela prend toujours un certain temps.
  • Les remèdes proposés sont de nature diverse. La Commission envisage d’introduire toute une série de délais pour encadrer les procédures, mais également de concentrer les compétences, avec l’espoir que cela conduise à un traitement des dossiers dans de meilleurs délais. La réduction des recours possible est également envisagée.

L’audition de l’enfant

Elle joue un rôle très important dans le Règlement Bruxelles II Bis car celui-ci se place directement sous l’égide des droits fondamentaux, plus particulièrement la Convention relative aux Droits de l’Enfant, faite à New York le 26 janvier 1990. L’opinion de l’enfant doit en principe être prise en compte

Pas moins de quatre articles sont consacrés au droit de l’enfant à être entendu (article 11 en cas de retour de l’enfant après un enlèvement, et les article 23,41 et 42 concernant la reconnaissance des décisions). On voit cependant que le règlement n’impose pas cette audition pour toutes les procédures intéressant l’enfant.

En outre, les modalités selon lesquelles s’effectue l’audition de l’enfant relèvent toujours des droits nationaux et sont donc très variables, notamment s’agissant de l’appréciation du degré de maturité de celui-ci. Il serait donc important de parvenir à une harmonisation en gardant toujours comme principe directeur l’intérêt supérieur de l’enfant.

La proposition de 2016 entend renforcer la place de l’audition de l’enfant sur le terrain de la compétence directe. Il s’agit de consacrer une obligation de principe pour le juge d’origine de veiller à ce que l’enfant soit entendu de façon “réelle et effective”. Elle trouverait son fondement dans la Convention internationale des droits de l’enfant, ratifiée par tous les États membres et trouvant donc une résonnance dans chacun d’eux, peu important que les modalités pratiques y diffèrent.

D’autre part il est souhaitable que l’audition de l’enfant ne soit plus un obstacle à la circulation des décisions. Pour ce faire, il est proposé de recentrer le droit de l’enfant à être entendu autour du juge d’origine de la décision. La Commission propose également de supprimer le critère autonome de reconnaissance lié à l’audition de l’enfant. L’appel général aux motifs d’ordre public ne pourrait plus être utilisé qu’en cas d’absence totale d’audition de l’enfant par le juge d’origine, non justifié par l’absence de discernement de l’enfant. Le juge aurait effectivement alors agi en contradiction avec le principe même d’audition de l’enfant.

La suppression de l’exequatur

La Commission propose de le supprimer complètement pour l’ensemble des matières couvertes par le Règlement. Le but est d’accélérer le phénomène de suppression de frontières.

S’agissant des matières relatives à l’autorité parentale, à partir du moment où l’on passe dans une logique coopérative, cette question devient résiduelle. Par ailleurs l’exequatur n’existe déjà plus dans les domaines où il était primordial, par exemple l’enlèvement d’enfant.

La coordination et la coopération entre autorités nationales

Cela apparaît comme une préoccupation politique majeure pour la Commission (considérant 9). Le dispositif manquerait en effet de “clarté entraînant des retards dans le traitement des demandes”. Actuellement il n’y a que trois articles sur la coopération entre autorités compétentes (15,11 et 56)

Une des innovations est la diversification des acteurs autour des autorités administratives. Le rôle de chacun se verrait clarifié.

La coopération entre autorités compétentes serait calquée sur celle de la Convention de la Haye. Passer par l’autorité centrale pour obtenir des informations serait moins systématique. Il serait en effet judicieux d’aligner les procédures prévues par la Convention de la Haye du 25 octobre 1980 sur les aspects civils de l’enlèvement international d’enfants et le Règlement Bruxelles II Bis, prévoyant un fast track très décriée, afin de renforcer le pouvoir des autorités centrales et de supprimer les inégalités entre enlèvement dans des États tiers et intereuropéen.

Il y aurait également des hypothèses de communication obligatoire, notamment lorsqu’une autorité prend des mesures d’urgence quand l’intérêt supérieur de l’enfant l’exige. Obligation certes mais avec une marge d’appréciation.

 

Ainsi, le projet de refonte, s’il est louable au vu de la diversité des compétences possibles et des lois applicables, et des difficultés pratiques que ces dernières engendrent, est cependant silencieux quant à la matière matrimoniale. Cela est dû à une impossibilité de consensus sur la famille, notamment relativement au mariage homosexuel ou à l’élection de for.

Il a en effet été préférable d’axer la refonte sur des questions plus consensuelles, telle l’abolition de la procédure d’exequatur. Cependant l’exécution envisagée en elle-même ne recouvre par un régime unanime. L’idée préconisée est l’harmonisation matérielle des droits des États membres. Or en France, par exemple, il n’existe pas d’autorité d’exécution en matière familiale. Il y est ainsi nécessaire d’engager une nouvelle procédure, davantage sur un plan pénal. S’agissant des recours contre l’exécution, la refonte hésite entre un recours qui pourrait s’exécuter après la prise de décision, au moment du contrôle des motifs d’opposition, ou en amont au moment de la délivrance du certificat d’origine, comme c’est déjà le cas en matière alimentaire.

Il faut en outre souligner l’articulation lacunaire du Règlement avec les droits internes des pays européens. Comme nous l’avons vu, il rend impossible, dans certaines situations, la saisine d’un juge européen par deux européens souhaitant divorcer, paradoxe notable pour un Règlement européen.

Projet de refonte certes, mais en demi-teinte.

Sources :

 

Offre de sous-location de bureaux près de la Gare Saint-Lazare

Bureau lumineux d’une superficie d’environ 8 m2 compris dans des locaux situés 37 RUE D’AMSTERDAM 75008 PARIS. FONDS DE COUR. 2ème

Doté d’une grande fenêtre donnant sur cour, d’une cheminée, d’une bibliothèque.

Une table en verre grise et des chaises peuvent être remises et éventuellement une imprimante multifonctions.

Loyer : 350 euros HT + 200 euros HT de charges + TVA

+ Autre bureau dans les mêmes locaux, de 15m2 avec fenêtre sur cour, calme. Loyer de : 700 euros HT + 200 euros HT de charges + TVA.

Disponibles immédiatement.

Métro St Lazare ou Liège

Les charges incluent la participation aux charges locatives, électricité et chauffage, produits d’entretien et accès au wifi, l’accès aux parties communes : salle d’attente, cuisine avec micro-ondes et frigo, sanitaires.

Vous partagerez les parties communes avec deux autres avocats spécialisés en droit international de la famille et droits des étrangers.

Pénalistes s’abstenir.

Point pratique sur le nom et prénom en droit de la famille

En suite de la conférence sur le Nom et le Prénom en droit de la famille dispensée à la maison du Barreau Mardi 2 mai 2017, retrouvez un petit point pratique sur ces questions.

1° L’utilisation du nom de l’époux à titre d’usage

Il est possible d’utiliser le nom de son époux. Celui-ci peut être ajouté à son propre nom, avant ou après. Cette faculté n’est cependant pas ouverte aux concubins, sous peine de dommages et intérêts pour l’épouse bafouée.

En cas de divorce, il est possible de conserver l’utilisation du nom du conjoint à titre d’usage, en cas d’accord du conjoint ou autorisation par le juge, même postérieurement au prononcé du divorce (lorsque cela n’avait pas été évoqué ou que l’accord du conjoint a évolué). L’époux demandeur doit justifier de sa notoriété acquise sous le nom de l’époux et qu’il subirait un préjudice certain en cas de perte l’usage de ce nom. Vouloir porter le même nom que ses enfants ne justifie pas en soi le maintien de l’utilisation du nom de l’autre.

L’accord de l’époux ou l’autorisation du juge peuvent tous deux être limités dans le temps et/ou à l’activité professionnelle, ou encore en cas de remariage. De même l’autorisation du juge aux affaires familiales peut elle aussi être limitée dans les mêmes conditions.

2° Le nom et prénom de l’enfant

*Pour les enfants nés avant 1er janvier 2005, il y avait 4 cas :

⁃ En cas de parents mariés : l’enfant prenait automatiquement le nom de son père.

⁃ En cas de parents non mariés :

⁃ L’enfant dont la filiation n’était établie qu’à l’égard d’un seul de ses parents : il ne prenait le nom que de ce parent.

⁃ L’enfant dont la filiation était établie à l’égard des deux parents : il prenait le nom de celui dont la filiation avait été établie en premier, et du père en cas de déclaration simultanée.

⁃ En présence d’un enfant adopté :

⁃ Par adoption plénière : il prenait le nom de l’adoptant par substitution et perdait son nom d’origine.

⁃ Par adoption simple : il prenait le nom de l’adoptant en l’ajoutant à son nom.

⁃ En cas d’enfant né de parents inconnus : attribution de plusieurs prénoms par l’autorité administrative, dont le dernier lui servait de nom, pour permettre en cas d’établissement de filiation postérieure que ce nom redevienne un prénom.

*Depuis le 1er janvier 2005, le principe du choix domine (article 311 alinéa 1er du Code civil) Le nom est limitée à la triple option : Nom de la mère, du père, ou les deux.

La prédominance du nom du père perdure en cas d’absence de volonté exprimée de la part des parents ou en l’absence d’accord de ces derniers. Le choix doit être fait au plus tard au moment de l’établissement de l’acte de naissance.

La loi du 8 janvier 1993 accentue la liberté de choix des parents, en tant qu’acte relevant de l’exercice de l’autorité parentale. Le contrôle judiciaire du choix s’opère désormais a posteriori, en cas de contrariété à l’intérêt de l’enfant ou le droit des tiers à protéger leur nom de famille.