Questions and answers about surrogacy in France

Me Noémie Houchet-Tran, attorney at the Paris Bar, responds to questions about the actual status and issues of the surrogacy practice in France :

– Does your jurisdiction recognize parentage conferred in other jurisdictions following surrogacy ? If so, is this only following an order having been made in the other jurisdiction?

At first, the Court of Cassation had accepted a partial transcription for the father if a biological link existed with the child but refused any transcription for the mother who had not given birth to the child, such a transcription being contrary to our international public policy.

The Court then hardened its case law by stating that both parents had committed fraud under French law by entering into such an agreement abroad and that no transcription could therefore be made.

This case law was totally contrary to the interests of these children, some of whom even found themselves stateless in practice. Indeed, while the United States, for example, gives nationality (and therefore a passport to return to France) to all children born in its territory, including surrogates, some States such as Ukraine, Georgia or Russia do not give their nationality, so that no travel documents can be issued until the French Consulate deigns to register the birth of the child.

This was the reason for France’s condemnation by the European Court of Human Rights on 26 June 2014 in its Mennesson and Labassée judgments. The Court had found that this refusal to transcribe was contrary to Article 8 guaranteeing respect for private and family life. Further convictions followed. On the other hand, the Court has never ruled on the possible legalization of surrogacy in France. When France is convicted, the Court of Cassation must review the cases.

As a result, there were many developments on the French side.

 
– Does your legal system have the facility to recognize the legal status of intended parents following an international surrogacy ? If so, is the structure which you have one of pre-birth or post-birth orders or other form of registration?

It is now admitted that children from surrogacy must receive French nationality. The transcription must also be made for the intentional father provided that a biological link exists, without this link being verified. For the intentional mother or the second father, the Court of Cassation requires the adoption of the spouse’s child, which in our opinion makes no sense since it is a question of adopting one’s own child. This also forces parents to marry. In addition, there are differences between jurisdictions, which is not without additional difficulties: some will require consent to adoption from the surrogate mother, who has abandoned all her rights and is not a legal parent with regard to the child.

Some find subterfuges by obtaining directly abroad, when possible, an adoption judgment that is then transcribed in France. This is particularly the case with Florida.

In Nantes, where the central civil registry office is located, significant progress was made in 2018: The Tribunal de Grande Instance, and then even the Prosecutor directly, decided to transcribe certain birth certificates directly in full for both intentional parents. The Court of Cassation has never gone that far.

At the end of 2018, when the Mennesson and Labassée cases were reviewed and based on these developments, the Advocate General at the Court of Cassation, in an extremely well-crafted opinion, stated that the transcription of acts for the intentional father must be ordered and that in the case of the intentional mother, without amendment of the Civil Code by the legislator, the fact that she has not given birth to the child always prevents the foreign act from being recognized as true within the meaning of Article 47 of the French Civil Code and that there is no need to postpone the examination of cases for opinion. However, the Court of Cassation sent a request to the European Court of Human Rights for an advisory opinion as to whether the refusal to transcribe a foreign act in so far as it designates the intentional mother as the legal mother was contrary to Article 8 of the Convention (respect for private and family life). It also asked the European Court whether it should distinguish between an intentional mother with a biological link or without a biological link. Finally, it asked the Court if the adoption process would meet the requirements of Article 8.

Of course, the same reasoning applies to the second dads.

The European Court replied on 10 April 2019:

“In the case of a child born abroad by surrogate motherhood and derived from the gametes of the intentional father and a third party donor and where the parent-child relationship between the child and the intentional father has been recognized in national law,

  1. the right to respect for the child’s private life, within the meaning of Article 8 of the European Convention on Human Rights, requires that domestic law provide a possibility of recognition of a parent-child relationship between the child and the intentional mother, referred to in the birth certificate legally established abroad as the “legal mother”.
  2. the right to respect for the child’s privacy does not require that this recognition be made by transcribing the birth certificate legally established abroad into civil status registers; it may be made by another means, such as the adoption of the child by the intentional mother. »

Roughly speaking, the European Court tells us: filiation between the child and the intentional non-biological mother (which is almost always the case in practice) must be established, but States are free to choose the legal means of achieving this, so adoption is a possible solution.

It is now official: the parent-child relationship must be established for both parents.

But the Court leaves States free to decide how to achieve this and does not impose any changes in the current case law of the Court of Cassation.

What is clear is that there is a clear desire to liberalize the process in the interests of children: some bold prosecutors order direct transcripts while the Advocate General at the Court of Cassation appeals to the legislator.

The Court of Cassation is expected to rule shortly in the light of this opinion. It is still free to change its case law. To be continued!

 
– Can you tell me anything that works well or works badly about the process that you have for conferring parentage following surrogacy?

When a child of at least one French parent is born abroad, the parents must either directly declare the birth to the French Consulate as if they were declaring the birth at the town hall or have the foreign birth certificate transcribed to the Consulate.

As a reminder, transcription is an administrative formality: the information from the foreign civil status record is copied onto the French registers in order to obtain a new French civil status record. This formality is not known by all countries. For example, this does not exist in the United States. You can be a U.S. citizen and keep your foreign birth certificate for life. Transcription is never mandatory in France but greatly facilitates the child’s future life, allowing him or her to obtain a French passport.

If transcription does not mean filiation, which may well exist without transcription, in practice it is on the occasion of transcription that France, via the public prosecutors in the first instance, will question the filiation relationship existing between the child born from a surrogate mother and his or her intended parents.

To request the transcription, parents thus use article 47 of the Civil Code, which states that “ full faith must be given to acts of civil status of French persons and of aliens made in a foreign country and drawn up in the forms in use in that country, unless other records or documents retained, external evidence, or elements drawn from the act itself establish, after all useful verifications if necessary, that the act is irregular, forged, or that the facts declared therein do not square with the truth. »

The foreign birth certificates of these children have all, except in exceptional cases, been duly obtained in the country of birth. This is therefore not a problem. The surrogate mother is sometimes mentioned in the foreign document, while in most cases the father and intentional mother (or the second non-biological father) are directly mentioned. 

Despite this, intentional parents have always faced difficulties in having their birth certificates transcribed in the name of our international public policy.

 

Advertisements

L’avis rendu par la Cour européenne des droits de l’homme le 10 avril 2019 en matière de gestation pour autrui

  • Qu’est-ce que la gestation pour autrui ?

La gestation pour autrui, plus vulgairement appelée convention de mère porteuse, consiste à porter un enfant pour un autre couple.

La mère porteuse abandonne tout droit sur l’enfant au profit du « père d’intention » et de la « mère d’intention » et ce en application du droit applicable sur le territoire où l’enfant naîtra.

Toujours interdite en France, cette pratique connaît néanmoins un succès certain auprès des couples français qui ne peuvent avoir d’enfants naturellement.

  • Les difficultés rencontrées à la naissance par les parents

Lorsqu’un enfant issu d’au moins un parent français naît à l’étranger, les parents doivent soit directement déclarer la naissance au Consulat de France comme s’ils déclaraient la naissance à la mairie, soit faire transcrire l’acte de naissance étranger au Consulat.

Pour rappel, la transcription est une formalité administrative : on recopie les informations de l’acte d’état civil étranger sur les registres français afin d’obtenir un nouvel acte d’état civil français. Cette formalité n’est pas connue par tous les pays. Par exemple, cela n’existe pas aux États-Unis. Vous pouvez avoir la nationalité américaine et conserver à vie votre acte de naissance étranger. La transcription n’est jamais obligatoireen France mais facilite grandement la vie future de l’enfant, lui permettant notamment d’obtenir un passeport français.

Si transcription ne veut pas dire filiation, qui peut bien exister sans transcription, dans la pratique c’est à l’occasion de la transcription que la France, via les procureurs de la République dans un premier temps, va s’interroger sur le lien de filiation existant entre l’enfant issu de mère porteuse et ses parents d’intention.

Pour solliciter la transcription, les parents utilisent ainsi l’article 47 du Code civil qui indique que « tout acte de l’état civil des Français et des étrangers fait en pays étranger et rédigé dans les formes usitées dans ce pays fait foi, sauf si d’autres actes ou pièces détenus, des données extérieures ou des éléments tirés de l’acte lui-même établissent, le cas échéant après toutes vérifications utiles, que cet acte est irrégulier, falsifié ou que les faits qui y sont déclarés ne correspondent pas à la réalité. »

Les actes de naissance étrangers de ces enfants ont sauf exception tous été régulièrement obtenus dans le pays de naissance. Ceci ne pose donc aucune difficulté. La mère porteuse parfois est mentionnée dans l’acte étranger tandis que dans la majorité des cas figurent directement le père et la mère d’intention (ou le second papa non biologique).

Malgré cela, les parents d’intention se heurtent depuis toujours à des difficultés pour faire transcrire leurs actes de naissances au nom de l’ordre public.

  • L’évolution de la jurisprudence

Dans un premier temps, la Cour de cassation avait admis une transcription partielle pour le père si un lien biologique existait avec l’enfant mais refusait toute transcription pour la mère qui n’avait pas accouché de l’enfant, une telle transcription se heurtant à notre ordre public international.

La Cour a ensuite durci sa jurisprudence en indiquant que les deux parents avaient commis une fraude à la loi française en allant conclure une telle convention à l’étranger et que partant aucune transcription ne pouvait s’effectuer.

Cette jurisprudence était totalement contraire à l’intérêt de ces enfants, certains se retrouvant même apatrides en pratique. En effet, si les États-Unis par exemple donnent la nationalité (et donc un passeport permettant de rentrer en France) à tous les enfants nés sur leur territoire, y compris par mère porteuse, certains États tels que l’Ukraine, la Géorgie ou la Russie ne donnent pas leur nationalité de sorte qu’aucun document de voyage ne peut être émis avant que le Consulat de France ne daigne enregistrer la naissance.

C’est ce qui a valu la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme le 26 juin 2014 dans ses arrêts MENNESSON et LABASSÉE. La Cour avait estimé que ce refus de transcription était contraire à l’article 8 garantissant le respect à la vie privée et familiale. D’autres condamnations ont suivi. La Cour ne s’est en revanche jamais prononcée sur une éventuelle légalisation de la GPA en France. Quand la France est condamnée, la Cour de cassation doit réexaminer les affaires.

En suite de cela, il y eut beaucoup d’évolutions du côté français.

Il est désormais acquis que les enfants issus de GPA doivent recevoir la nationalité française. La transcription doit également être opérée pour le père d’intention pourvu qu’un lien biologique existe, sans d’ailleurs que ce lien soit vérifié. Pour la mère d’intention ou le second papa, la Cour de cassation exige de recourir à l’adoption de l’enfant du conjoint, ce qui n’a à nos yeux aucun sens puisqu’il s’agit d’adopter son propre enfant.Ceci oblige également les parents à se marier. Des divergences existent en outre selon les juridictions, ce qui n’est pas sans poser des difficultés supplémentaires : certaines vont exiger un consentement à l’adoption de la mère porteuse, qui a pourtant abandonné tous ses droits et qui n’est chez elle personne vis-à-vis de l’enfant.

Certains trouvent des subterfuges en obtenant directement à l’étranger quand cela est possible un jugement d’adoption qu’on fait ensuite transcrire en France. C’est notamment le cas avec la Floride.

À Nantes, lieu du service central d’État civil, des avancées significatives se sont faites ressentir en 2018 : le Tribunal de Grande Instance, puis même directement le Procureur, ont décidé de transcrire directement certains actes de naissance en entier pour les deux parents d’intention. La Cour de cassation n’est pas revanche jamais allée jusque-là.

 

  • Le réexamen des dossiers MENNESSON et LABASSEE par la Cour de cassation et la demande d’avis par la Cour européenne des droits de l’homme

Fin 2018, lors du réexamen des dossiers MENNESSON ET LABASSÉE et fort de ces évolutions, l’avocat général près la Cour de cassation dans un avis extrêmement bien construit expose que la transcription des actes pour le père d’intention doit être ordonnée et que s’agissant de la mère d’intention, sans modification du Code civil par le législateur, le fait que celle-ci n’ait pas accouché de l’enfant empêche toujours de reconnaître l’acte étranger comme conforme à la réalité au sens de l’article 47 du Code civil et qu’il n’y a lieu à renvoyer l’examen des affaires pour avis. La Cour de cassation a toutefois adressé à la Cour européenne des droits de l’homme une demande d’avis consultatif afin de savoir si le refus de transcrire un acte étranger en ce qu’il désigne comme étant la mère légale la mère d’intention était contraire à l’article 8 de la Convention (respect de la vie privée et familiale). Elle lui demande également s’il y a lieu de distinguer mère d’intention avec lien biologique ou sans lien biologique. Elle lui demande enfin si le passage par l’adoption permet de répondre aux exigences de l’article 8.

Bien évidemment, le même raisonnement s’applique pour les seconds papas.

La Cour européenne a répondu le 10 avril 2019 :

« Pour le cas d’un enfant né à l’étranger par gestation pour autrui (GPA) et issu des gamètes du père d’intention et d’une tierce donneuse et alors que le lien de filiation entre l’enfant et le père d’intention a été reconnu en droit interne,

  1. le droit au respect de la vie privée de l’enfant, au sens de l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme, requiert que le droit interne offre une possibilité de reconnaissance d’un lien de filiation entre l’enfant et la mère d’intention, désignée dans l’acte de naissance légalement établi à l’étranger comme étant la « mère légale ».
  2. le droit au respect de la vie privée de l’enfant ne requiert pas que cette reconnaissance se fasse par la transcription sur les registres de l’état civil de l’acte de naissance légalement établi à l’étranger ; elle peut se faire par une autre voie, telle l’adoption de l’enfant par la mère d’intention. » 

 Grosso modo, la Cour européenne nous dit : la filiation entre l’enfant et la mère d’intention non biologique (ce qui est quasiment toujours le cas en pratique) doit être établie mais les États sont libres de choisir le moyen légal d’y parvenir, de sorte que l’adoption est une solution possible.

C’est donc désormais officiel : le lien de filiation DOIT être établi pour les deux parents.

Mais la Cour laissant aux États toute latitude sur la façon d’y parvenir, elle n’impose aucun changement dans la jurisprudence actuelle de la Cour de cassation.

Ce qui est clair c’est qu’on note une volonté certaine de libéraliser le processus dans l’intérêt des enfants : certains audacieux procureurs ordonnent des transcriptions directes tandis que l’avocat général près la Cour de cassation en appelle au législateur.

La Cour de cassation doit statuer prochainement au vu de cet avis. Elle est encore libre de modifier sa jurisprudence. À suivre donc !

 

Noémie HOUCHET-TRAN
Avocat à la cour

37 rue d’Amsterdam 75008 Paris
Fond de cour. 2ème étage
Tél: +33 (0)1.84.16.02.93 Fax: +33 (0)1.84.16.02.95
noemie.houchet.tran@gmail.com
Toque E1391
 

 

Retrouvez dès à présent le dernier article de Me Houchet-Tran sur l’affaire Michael Jackson, ainsi que sa version anglaise ! / Find now Me Houchet-Tran’s latest article on Michael Jackson, and its English version !

https://frenchdistrict.com/new-york/articles/affaire-michael-jackson-elements-judiciares-enquete-maitre-houchet-tran/

Michael Jackson, pedophile What about judicial elements

Michael Jackson, pédophile ? Qu’en est-il des éléments judiciaires ?

Le 25 juin 2019, on célébrera les 10 ans de la mort de Michael JACKSON.

Ce 21 mars 2019, M6 va diffuser un reportage de Dan Reed intitulé Leaving Neverland, dont les droits ont été rachetés à la chaîne américaine HBO.

Ce reportage a déjà été diffusé aux États-Unis les 3 et 4 mars derniers et progressivement dans le reste du monde. Il donne la parole à deux hommes : Wade ROBSON et Jimmy SAFECHUCK, tous deux amis avec Michael JACKSON dans leur enfance, qui se disent aujourd’hui victimes d’abus sexuels répétés.

Ce reportage a défrayé la chronique et les réactions sont virulentes. HBO a retiré l’épisode des Simpsons dans lequel on peut entendre Michael JACKSON, tandis que plusieurs radios ont retiré l’artiste de leur programmation.

Bien évidemment, Michael JACKSON étant décédé le 25 juin 2009 ne peut plus se défendre.

Les fans œuvrent pour prouver l’innocence de leur idole.

Tout le monde se souvient de son acquittement en juin 2005. Tout le monde a également un vague souvenir de l’affaire de 1993.

Or, ces mêmes Jimmy SAFECHUCK et Wade ROBSON avaient déjà été entendus en 1993 tandis que seul Wade ROBSON a témoigné en 2005 pour défendre fermement Michael JACKSON.

Il ne semble pas y avoir de juste mesure et tout le monde y va de son petit commentaire personnel, sans appuyer leurs dires sur des éléments concrets.

Mais qu’en est-il réellement ?

Si beaucoup d’éléments concernant les deux procédures de 1993 et de 2005 ont été mis sous scellés au vu de la notoriété de la star, beaucoup d’autres sont accessibles au public.

C’est donc uniquement au vu de ces documents judiciaires, parfois parcellaires, que nous avons enquêté.

Il est tout d’abord notable que le ministère public était représenté par la même personne dans les deux affaires : Thomas SNEDDON. Ce dernier avait explicitement sollicité le tribunal en 2005 pour réutiliser les éléments recueillis en 1993/1994. Il voulait démontrer que Michael JACKSON était un prédateur sexuel aguerri.

Il avait ainsi identifié 7 « special friends » de Michael JACKSON, tous victimes d’abus selon lui entre 1990 et 1993. Dans son mémorandum du 10 décembre 2004, on trouve ainsi les noms : Jordan CHANDLER, Jason FRANCIA (fils d’une ancienne employée), Brett BARNES, Macaulay CULKIN (le héros de « Maman j’ai raté l’avion »), Jonathan SPENCE et les deux protagonistes du moment : Wade ROBSON et Jimmy SAFECHUCK.

I. La plainte de Jordan CHANDLER de 1993 et ses suites

  1. La plainte du 14 septembre 1993

Le 14 septembre 1993, les avocats des parents de Jordan CHANDLER, alors âgé de 13 ans (né le 11 janvier 1980) dépose une « plainte civile » contre Michael JACKSON.

Cette plainte est construite sur le syllogisme bien connu des juristes : fait, dommage, causalité.

Cette plainte indique que courant 1993, Michael JACKSON aurait agressé sexuellement de façon répétée le petit Jordan dans plusieurs lieux, y compris dans le ressort du Comté de Los Angeles où est déposée la plainte.

La plainte précise que les abus sexuels comprennent des actes de fellations commis par Michael JACKSON sur Jordan parfois en avalant le sperme de ce dernier. Ces actes comprendraient aussi des actes de masturbations par Michael JACKSON sur Jordan. Michael JACKSON aurait aussi incité Jordan à le caresser pendant qu’il se masturbe. Michael JACKSON aurait également fait prendre la douche avec soin et attention au petit Jordan.

La relation entre Jordan et Michael JACKSON s’est terminée selon lui en juillet 1993, lorsque son père Evan a récupéré sa garde.

Tous ces actes auraient causé un grand préjudice essentiellement psychologique au petit Jordan, impliquant notamment des soins, dont le coût est encore inconnu au moment de la plainte.

Le plaignant finit par solliciter, sans les quantifier encore, des dommages et intérêts « compensatoires », c’est-à-dire à hauteur du préjudice, mais également des dommages et intérêts punitifs et exemplaires, c’est-à-dire bien au-delà du préjudice réellement subi. Il sollicite enfin l’octroi de frais de procédure et toute mesure que le tribunal jugerait opportune.

  1. La déclaration de Jordan CHANDLER du 28 décembre 1993

Le petit Jordan a été entendu sur les faits le 28 décembre 1993.

Il raconte avoir rencontré Michael JACKSON une première fois furtivement lorsqu’il avait 5 ans puis en mai 1992.

A cette époque, sa mère June CHANDLER et son père Evan CHANDLER étaient séparés depuis de nombreuses années. June CHANDLER vivait alors avec David SCHWARTZ qui tenait une agence de location de voitures.

Michael JACKSON avait eu une panne de voiture et c’est ainsi que Jordan a pu discuter avec Michael JACKSON, alors en tournée.

En février 1993, Jordan est invité avec Lily, sa demi-sœur, et sa mère June à Neverland. Jordan indique ne pas avoir passé la nuit avec Michael JACKSON.

Jordan indique ensuite que fin mars 1993, lors d’un voyage à Las Vegas toujours en présence de Lily et de June, il avait passé la nuit avec Michael JACKSON après avoir visionné le film l’exorciste mais qu’il ne s’était rien passé. Il avait ensuite passé 2 ou 3 nuits supplémentaires avec Michael mais là encore il ne s’était rien passé.

Il indique ensuite qu’en suite de ce voyage à Las Vegas, les relations avec Michael se sont fortifiées, qu’il passait régulièrement la nuit avec Michael à Neverlandet que Michael venait aussi souvent chez lui et qu’à ces occasions, il y aurait eu des contacts sexuels à de nombreuses occasions, sans toutefois les décrire.

Un seul épisode semble revenir plus précisément en mémoire, celui de mai 1993 en Europe pendant lequel ils auraient pris un bain ensemble et se seraient masturbés. Il y aurait eu aussi une fellation.

  1. La transaction du 25 janvier 1994 et l’abandon des poursuites pénales

Un document daté du 25 janvier 1994 circule. Les termes de l’accord étant confidentiels, il est difficile de savoir s’il s’agit de la version définitive de l’accord.

Dans ce document, il est fait état d’un montant 15 331 250 Dollars versé à Jordan CHANDLER tandis qu’on a parlé de 20 ou 22 millions de dollars dans la presse.

Dans la transaction, il est indiqué que Michael JACKSON n’admet en aucun cas les allégations d’abus sexuels et transige au regard de l’impact négatif exponentiel que l’affaire a sur sa carrière.

La transaction contient bien entendu une clause de confidentialité réciproque et surtout un abandon réciproque de toute action actuelle ou future : Jordan CHANDLER, par l’intermédiaire de ses ayants-droits doit donc retirer sa plainte et Michael JACKSON de son côté ne pourra jamais intenter une quelconque action, en diffamation notamment.

La plainte de Jordan a été retirée et empêche toute action civile mais cela n’empêche en rien l’action pénale de se poursuivre.

Le District Attorney saisi des faits est Thomas SNEDDON, aussi chargé de l’affaire de 2005, comme on l’a vu. Ce dernier avait ainsi lancé une enquête de grande ampleur comprenant bien entendu des auditions de témoins (environ 200) mais également des perquisitions. Dans le cadre de cette enquête, Wade ROBSON et Jimmy SAFECHUCK ont été entendus.

L’affaire est passé devant un Grand jury. Ce jury doit déterminer si au vu des éléments présentés par le ministère public il est possible que la personne ait commis l’infraction. Cette étape procédurale permet au parquet de tester ses preuves et de mettre un terme plus rapide à une procédure qui n’a aucune chance de déboucher sur une condamnation. C’est ce qui s’est passé. Thomas SNEDDON a donc dû abandonner ses poursuites. Il est donc parfaitement faux d’entendre que l’action publique s’est éteinte avec le retrait de la plainte de Jordan CHANDLER.

  1. Les suites de cette affaire : qu’est devenu Jordan CHANDLER après la transaction de 1994?

Bien évidemment, la transaction tient Jordan au silence au civil, mais pas au pénal.

En 2005, Thomas SNEDDON évoque dans son mémorandum le droit pour Jordan de ne pas venir témoigner dans cette seconde affaire.

Jordan CHANDLER a ainsi refusé de participer à l’affaire de 2005.

Sa mère June CHANDLER a quant à elle été entendue de nouveau en 2005 sur la relation entre son fils et Michael JACKSON. Voici quelques éléments intéressants dans son audition :

  • Elle indique s’être séparée de David SCHWARTZ autour d’août 1992 ;
  • Elle se souvient aussi que son ex-mari et père de son fils, Evan CHANDLER, avait agressé physiquement ce dernier ;
  • Elle confirme qu’Evan lui avait confié qu’en connaissant Michael JACKSON ils n’auraient plus aucun souci à se faire dans la vie ;
  • Elle indique avoir reçu de nombreux cadeaux de la part de Michael JACKSON ;
  • S’agissant du voyage en France et à Monaco de mai 1993, elle indique avoir trouvé étrange de ne pas pouvoir rentrer dans la chambre de Michael JACKSON tandis que son fils y était. Après cela, elle a invité Michael JACKSON chez elle ;
  • Le père de Jordan, Evan CHANDLER, l’a également invité chez lui suite à cela. Il voulait que Michael JACKSON l’aide financièrement pour réparer sa maison ;
  • Elle indique en outre que le conflit avec Evan sur la garde de Jordan aurait commencé en août 1993 (tandis que Jordan indiquait que la garde avait été transférée en juillet 1993) ;
  • Elle précise aussi qu’en tant que mère de Jordie, elle pouvait toujours entrer librement dans la chambre de Michael JACKSON ;
  • Elle indique que les autorités ont été averties des « abus » en août 1993.

June CHANDLER fait également état de sa rencontre avec Joy ROBSON, la mère de Wade ROBSON. Michael lui aurait indiqué que cette dernière était un peu soupe au lait et jalouse de la situation. Joy lui aurait indiqué que son fils Wade venait de se faire « larguer » par Michael quelques temps plus tôt et qu’elle était à Neverlandce jour-là (courant 1993) pour que Michael signe un contrat d’enregistrement avec Wade.  Il est intéressant de noter que dans l’audition de Joy ROBSON, June CHANDLER est décrite comme une personne autoritaire qui se croyait tout permis à Neverland.

June CHANDLER raconte à la fin de son audition ne pas avoir parlé à son fils Jordan depuis 11 ans, soit depuis 1994.

Quant au père de Jordan CHANDLER, Evan CHANDLER, ce dernier s’est suicidé en novembre 2009. Il souffrait vraisemblablement d’une maladie invalidante et avait de grosses dettes.

Après la mort de Michael JACKSON, il avait été fait état d’un communiqué de repenti par Jordan CHANDLER indiquant que son père l’avait contraint à raconter des mensonges pour soutirer de l’argent à Michael JACKSON. La source de cette révélation n’a jamais été authentifiée. Aucun démenti n’a cependant été fait. Un enregistrement de 1993 d’Evan CHANDLER circule également : ce dernier annonce qu’il va embaucher un « son of a bitch »pour faire un massacre et détruire la carrière de Michael JACKSON et obtenir ce qu’il veut. Cet enregistrement est disponible sur YouTube et aurait été capté par Antony PELLICANO, le détective de Michael JACKSON. Évidemment très incriminant pour feu Evan CHANDLER, nous n’en ferons pas davantage l’exposé puisque nous n’avons pas (encore) la certitude de son utilisation lors des procédures.

II. La plainte de Gavin ARVIZO et l’acquittement de juin 2005

Gavin est l’enfant dont Michael JACKSON tient la main dans le reportage Living With Michael JACKSONtourné par Martin BASHIR courant 2002 et diffusé partout dans le monde en 2003.

Comme on l’a dit, c’est Thomas SNEDDON qui a été de nouveau chargé du dossier et ce dernier n’a pas hésité à annoncer à la presse sa ferme intention de faire emprisonner la star.

Dans son mémorandum du 10 décembre 2004, il indique que les abus sur Gavin auraient commencé après ce reportage tourné en 2002 et diffusé en février 2003.

Il est noté aussi que le père de Gavin est un homme violent et que ce dernier s’est vu interdire d’entrer en contact avec ses enfants ou leur mère Janet.

Il est écrit que la mère de Gavin voulait stopper la diffusion du reportage car ses enfants étaient ridiculisés. La mère de Gavin n’avait pas alors connaissance des abus.

Il est explicité que leur avocat de l’époque les a orientés vers son confrère Larry FELDMAN, l’avocat de la famille CHANDLER et cet avocat a ensuite orienté Gavin vers le psychologue Stan KATZ, à qui Gavin aurait fait ses révélations.

Il y aurait eu deux épisodes de masturbations dont Gavin se souvenait, tandis qu’il était alcoolisé. Son frère Star aurait été témoin de deux autres épisodes d’abus.

Le 10 décembre 2003, Thomas SNEDDON rend public les 10 chefs d’inculpations retenus contre Michael JACKSON, comprenant des abus sexuels sur mineurs.

Après une longue enquête et plusieurs audiences préliminaires, le procès s’ouvre le 31 janvier 2005.

L’audience a fait l’objet de reconstitution quotidienne sur les chaines de télévision. Les scripts du greffe sont publics.

Il y eut beaucoup de rebondissements. Notons les plus marquants.

Le 24 mars 2005, l’accusation produit des magazines pornographiques contenant les empreintes tant de Michael que de Gavin, empreintes finalement mises lors de l’audience préliminaire et non à Neverland.

Jason FRANCIA, le fils d’une ancienne employée qui prétendait jusque-là avoir été agressé aussi s’est ravisé lors du contre-interrogatoire du 5 avril 2005.

Ce jour-là, sa mère Blanca FRANCIA ravise également sa version des faits sur la relation entre Michael JACKSON et Wade ROBSON : elle avait déclaré initialement les avoir surpris sous la douche en train vraisemblablement de se toucher pour finalement déclarer les avoir vus rire et jouer.

Wade ROBSON a été entendu le 5 mai 2005, le même jour que Brett BARNES. Macaulay CULKIN sera entendu le 11 mai 2005. Ces trois special friendsdevenus adultes ont nié tout acte déplacé.

Jay LENO aurait également été un témoin déterminant du caractère très vénal de la famille ARVIZO qui sollicitait sans cesse plus d’argent pour guérir leur fils de son cancer.

La plaidoirie finale s’est faite le 3 juin 2005.

Le 13 juin 2005, les douze jurés ont finalement voté unanimement non coupable de tous les chefs d’inculpation.

III. Les plaintes de Wade ROBSON et de Jimmy SAFECHUCK et leurs suites

  1. La plainte déposée en 2013 par Wade ROBSON

Selon les dires de Thomas SNEDDON dans son mémorandum du 10 décembre 2004, Wade ROBSON (né le 17 septembre 1982) est australien. Il aurait rencontré Michael JACKSON avec sa famille lors d’une compétition de danse sponsorisée par Disney. Il aurait ensuite passé tout l’après-midi avec Michael. Ce dernier l’a aidé pour avoir un rôle dans une publicité aux États-Unis. Sans permis de travail, les chèques étaient au nom de MJJ puis Michael reversait ensuite les fonds à sa mère Joy ROBSON. Madame MURDOK, une employée interrogée par Thomas SNEDDON aurait confié que Joy appelait tous les jours pour que Michael l’aide à obtenir une green card, ce qu’il a fait. Michael aurait ensuite employé fictivement Joy.

Tout ceci est confirmé tant par les auditions de Wade et de Joy de 2005 que par le récit contenu dans la plainte de Wade ROBSON de 2013.

Wade ROBSON a ainsi porté plainte le 10 mai 2013 une première fois vraisemblablement « under seal »(« sous scellé ») rendant inaccessible cette première plainte au public.

La plainte a été dirigée contre la succession mais également contre les sociétés de production.

Aucune négociation n’ayant abouti, Wade ROBSON a déposé une seconde plainte amendée et enregistrée le 19 février 2014 dont le contenu est accessible. Une troisième plainte amendée a été déposée le 16 décembre 2014 puis une quatrième version en octobre 2016, dont le contenu est également disponible.

À la lecture de ces plaintes, il est exposé que :

  • Il est âgé de 5 ans lors de la première rencontre en novembre 1987 ;
  • Les abus auraient débuté autour du 4 février 1990. Wade et sa sœur auraient tous deux dormi avec Michael la nuit précédente et cette nuit-là sa sœur ne voulait pas se joindre à eux et les abus auraient commencé et ce pour une durée de 7 ans ;
  • Michael aurait briefé Wade dès la première nuit pour ne surtout pas répéter ce qu’ils faisaient ;
  • Le 1erseptembre 1991, Wade, sa sœur et sa mère Joy se sont installés définitivement en Californie ( laissant le père en Australie) ;
  • Joy travaillait pour son fils en tant que manager ;
  • Celle-ci a arrêté d’être employée par MJJ PRODUCTIONS et/ou MJJ VENTURES autour de 1998 lorsque Wade et sa famille ont obtenu un statut de résident permanent aux États-Unis.

Il est indiqué aussi dans la plainte que Michael JACKSON a participé très activement à la carrière de Wade, lui payant des cours, le « pistonnant » pour des rôles, lui faisant enregistrer un disque. Il est dit que Michael était la « father figure and mentor »(« figure paternelle et mentor ») de Wade.

Michael se serait désintéressé physiquement de Wade lorsque ce dernier aurait atteint l’âge de 13 ans.

Wade ROBSON indique avoir été briefé tant en 1993 qu’en 2005 pour témoigner en faveur de Michael JACKSON (ce qui serait constitutif d’un parjure, comme le relève la succession Jackson dans ses écritures en défense).

Il indique qu’en 2002, son père s’est pendu. Wade aurait appris de la sœur de son père que l’idée que son fils aurait pu être abusé lui avait causé un très grande anxiété et dépression.

Michael JACKSON meurt le 25 juin 2009.

Wade explique ensuite qu’en 2011, il avait été employé pour diriger une comédie musicale avec un budget d’environ 30 millions de dollars. Il pensait que la prophétie de Michael était devenue réalité. Mais fin avril 2011, Wade a été pris d’un grand stress et d’anxiété et a ainsi quitté ce job. Il a commencé à voir un psychologue le 16 mai 2011, à qui il ne confiera aucun abus.  Il explique avoir repris un peu le travail et avoir fait une seconde dépression nerveuse en mars 2012. En avril 2012, il commence une nouvelle thérapie et le 6 mai 2012 il parle pour la première fois d’abus à son psychologue. Il est dit qu’il s’agit de la première personne à entendre cela. C’est au fur et à mesure des discussions postérieures que Wade aurait compris avoir été abusé.

Wade décrit ensuite sa carrière pleine de succès pour décrire le préjudice subi par ces dépressions nerveuses.

Il réclame enfin sans les quantifier encore, des dommages et intérêts « compensatoires », c’est-à-dire à hauteur du préjudice, mais également des dommages et intérêts punitifs et exemplaires, c’est-à-dire bien au-delà du préjudice réellement subi. Il sollicite enfin l’octroi de frais de procédure et toute mesure que le tribunal jugerait opportune.

  1. La plainte de Jimmy SAFECHUCK

La plainte de Jimmy SAFECHUK (né le 28 février 1978) a été signée le 5 mai 2014 et enregistrée seulement le 27 juillet 2015.

Comme Wade ROBSON, Jimmy SAFECHUCK amendera sa plainte en mars 2015.

Il ressort de cette plainte que :

  • Les abus subis « des centaines de fois » se seraient déroulés entre juin 89 pendant le « Bad Tour» et 1992 ;
  • Il aurait ensuite été remplacé par Brett BARNES ;
  • Aucune date précise ni aucun détail des abus ne figurent dans la plainte, à l’exception du premier épisode d’abus où on indique un peu plus précisément mais sans le décrire qu’il se serait déroulé à Paris lors du Bad Tourfin juin 1988 ;
  • Il est dit que Michael JACKSON et Jimmy ont dormi ensemble dès la première visite à Neverlanden 1988, que Michael venait d’acquérir, puis il est dit que la mère de Jimmy refusait qu’ils dorment ensemble jusqu’après le Bad Tour;
  • En 2005, Jimmy aurait avoué à sa mère sans détails qu’il aurait été abusé par Michael JACKSON ;
  • Celle-ci aurait cependant fait semblant de ne rien savoir en 2005, expliquant ses déclarations de l’époque sur l’innocence de Michael ;
  • Jimmy aurait été suivi par un psychologue en 2007 mais il ne lui aurait rien dit ;
  • Ce n’est qu’en 2013 que le sentiment de panique ressurgit lorsque Wade ROBSON, un garçon qu’il a connu en 1993, dépose plainte ;
  • Il commence une nouvelle thérapie en mai 2013 et prend conscience d’avoir été abusé .

Il réclame enfin sans les quantifier encore, des dommages et intérêts « compensatoires », c’est-à-dire à hauteur du préjudice, mais également des dommages et intérêts punitifs et exemplaires, c’est-à-dire bien au-delà du préjudice réellement subi. Il sollicite enfin l’octroi de frais de procédure et toute mesure que le tribunal jugerait opportune.

La plainte a été jointe procéduralement à celle de Wade, afin que le tout soit jugé par la même personne.

  1. Les suites données aux plaintes par la justice américaine

Le 26 mai 2015, la probate court, en charge des affaires successorales, déboute Wade ROBSON pour plainte tardive.

Quant à la plainte dirigée contre les sociétés de production, le juge a tout simplement indiqué qu’il n’y avait aucun rapport entre le comportement personnel d’un individu et les sociétés de production.

Un appel aurait été régularisé et serait toujours en cours, mais nous n’avons pas encore retrouvé la trace des documents.

Le 28 septembre 2015, Jimmy SAFECHUCK a également été débouté pour prescription.

Le plus intéressant est ce qui s’est passé avant les déboutés.

La trial courta notamment ordonné la production par Wade ROBSON de tous les échanges écrits sur cet abus supposé. Sous serment, il a tout d’abord indiqué qu’hormis un bref email de fin 2012, il n’y avait aucune communication écrite. Après avoir changé d’avocat, il a finalement produit près de 4000 pages de documents. On y trouve ainsi un livre écrit par Wade ROBSON racontant ces abus, livre qu’il aurait tenté de vendre à des éditeurs mais qui n’aurait pas trouvé preneur. On y trouve aussi beaucoup d’emails échangés avec Joy ROBSON, sa maman, à qui il pose de très nombreuses questions du style : « peux-tu m’expliquer ce dont tu te souviens de cette première nuit à Neverland ? », « et le premier week-end ? »…

Wade ROBSON a aussi dû faire une déposition le 12 décembre 2016, pendant laquelle il reste très évasif. Il indique que les détails des abus lui sont revenus au fur et à mesure de la procédure.

Sa mère Joy a également été auditionnée à au moins deux reprises en 2016. Elle affirme ne pas avoir beaucoup de contacts avec Wade et ne pas avoir discuté des abus, sauf dans les emails qu’on lui présente. Elle indique aussi qu’elle devait prendre le relai dans la gestion de carrière de Wade ROBSON car Michael JACKSON ne tenait pas toutes ses promesses.

Il est intéressant de faire le parallèle avec sa déclaration en 2005 devant le tribunal où elle niait tout abus sur son fils mais indiquait aussi notamment au procureur qui l’interrogeait n’être venue au ranch de Neverlandque 4 fois en 14 ans en présence de Michael JACKSON depuis leur installation en Californie en septembre 1991. Elle confirmait aussi que Jordan CHANDLER était le special friendqui avait remplacé Wade ROBSON en 1993.

  1. Les suites du reportage

Les fans du monde entier se mobilisent. Taj JACKSON, son neveu, est très actif pour défendre son oncle.

Brandi JACKSON, la nièce de Michael JACKSON qui aurait eu une relation amoureuse d’enfance avec Wade ROBSON pendant 7 ans, affirme quant à elle que Wade est un menteur et un manipulateur habitué à mentir ou à tromper pour faire avancer sa carrière.

Brett BARNES, un des special friends, a également pris position sur twitter pour s’insurger des propos tenus par Wade ROBSON et Jimmy SAFECHUCK. ces mensonges.

La succession JACKSON a assigné HBO tandis que Wade ROBSON et Jimmy SAFECHUCK vont faire l’objet de diverses poursuites notamment de fans.

 

CONCLUSION : On ne peut jamais assurer à 100% qu’un homme est innocent ou coupable. Mais une chose est sûre : si un juré était saisi du dossier aujourd’hui, il acquitterait encore Michael JACKSON.
Noémie HOUCHET-TRAN
Avocat à la cour
37 rue d’Amsterdam 75008 Paris
Fond de cour. 2ème étage
Tél: +33 (0)1.84.16.02.93 Fax: +33 (0)1.84.16.02.95
www.nhtavocat.com

 

LISTE DES DOCUMENTS CONSULTÉS ET CITÉS :

  1. Plainte de Jordan CHANDLER septembre 1993
  2. Déclaration de Jordan CHANDLER du 28 décembre 1993
  3. Settlement agreemententre consorts CHANDLER et MJ
  4. Mémorandum et motion de Thomas SNEDDON tendant à utiliser les éléments antérieurs pour l’affaire de 2005 enregistrés le 10 décembre 2004
  5. Court transcriptsdu près de 2005 incluant notamment les auditions de June CHANDLER, Joy et Chantal ROBSON mai 2005, Audition Wade ROBSON 2005, Audition de Jason et Blanca FRANCIA
  6. Second amended complaintWade ROBSON
  7. Fourth amended complaintWade ROBSON
  8. Extraits de la déposition de Wade ROBSON et de l’audition de Joy ROBSON en décembre 2016
  9. Extraits de la déposition de Joy ROBSON du 30 septembre 2016
  10. Réponse MJJ PRODUCTIONS et MJJ VENTURES à plainte Wade ROBSON 6 août 2015
  11. Réponse MJJ PRODUCTIONS et MJJ VENTURES à plainte Wade ROBSON 27 septembre 2016
  12. Réponse Wade ROBSON à motion contenant une partie des emails envoyés par WADE ROBSON
  13. Décision du 26 mai 2015 déboutant Wade ROBSON de sa plainte contre la succession
  14. Décision du 19 décembre 2017 déboutant Wade ROBSON de sa plainte contre MJJ PRODUCTIONS ET MJJ VENTURES
  15. Plainte de Jimmy SAFECHUCK 2014
  16. Supplemental declarationJimmy SAFECHUCK juillet 2015

UN GRAND MERCI PARTICULIER À CES DEUX SITES DANS LESQUELS LA PLUPART DES DOCUMENTS SONT TELECHARGEABLES GRATUITEMENT :

http://www.sbscpublicaccess.org/transcripts.php

https://www.mjfacts.com/2005-michael-jackson-molestation-trial-transcripts/

 

 

 

 

 

 

NEWSLETTER FRENCH DISTRICT MARS 2019

Votre avocate française en droit international de la famille

Maître Noémie Houchet-Tran se tient à votre disposition pour vous assister dans toutes vos démarches de divorces, gardes d’enfants, adoptions, enlèvements, actions en recherche ou contestation de paternité, successions, etc. partout aux Etats-Unis et avec des honoraires raisonnables.

http://www.icontact-archive.com/2WhNpmk-BP_wdcX1M7ilFdn4hc2f0Ib5?w=3