Conversion du “civil partnership” en mariage : présence obligatoire de l’époux français pour une reconnaissance du mariage en France

Le 19 avril 2016, Olivier Dussopt interroge le garde des sceaux, ministre de la Justice sur les conditions à réunir pour transcrire sur les registres d’état civil français un mariage civil résultant de la conversion d’un partenariat civil écossais (civil partnership). En effet il est possible pour un couple en Écosse de transformer administrativement son partenariat civil en mariage, la date du mariage étant fixée rétroactivement à la date du partenariat civil. Aussi la question est de savoir si le caractère rétroactif du mariage peut avoir un impact sur sa transcription à l’état civil consulaire et quelles sont les conditions nécessaires pour faciliter cette transcription.

Dans sa réponse parue au journal officiel de l’Assemblée nationale du 9 août 2016, le ministre de la Justice rappelle deux points :

  • L’Écosse a, par le Marriage and Civil Partnership Act de 2014, permis la conversion du “civil partnership” en mariage de deux manières: l’une purement administrative, l’autre par le biais d’une cérémonie de mariage. Cette conversion peut, le cas échéant, emporter des effets rétroactifs en Écosse.
  • Le mariage d’un Français à l’étranger est reconnu en France aux conditions suivantes :
  1. Conditions de forme : celles du lieu du mariage ou celles de l’État étranger. La loi française impose toutefois la présence de l’époux français lors de la célébration ( C. civ., art. 146-1 ). La sanction du non-respect de cette obligation est la nullité absolue du mariage ( C. civ., art. 184 ).
  2. Conditions de fond : celles de la loi nationale de chaque époux. Elles doivent être contrôlées, s’agissant de l’époux français, en amont du mariage, par la délivrance d’un certificat à mariage établi par l’autorité diplomatique ou consulaire compétente au regard du lieu de célébration du mariage. Le non-respect de ces formalités emporte un contrôle a posteriori de la régularité de l’union au regard des conditions de fond prévues par la loi française ( C. civ., art. 171-7 ). Ce n’est qu’après ce contrôle que la transcription du mariage peut avoir lieu en France. Ainsi, en cas de conversion du “civil partnership” en mariage, le mariage ne sera reconnu en France que si l’époux français était présent pour y consentir. Si la procédure de conversion ne prévoit pas la comparution des époux, les autorités françaises ne sauraient reconnaître le mariage. Si cette comparution a bien lieu, il conviendra toutefois de respecter préalablement les formalités prévues par les articles 171-1 et suivants du Code civil pour faciliter au mieux sa transcription sur les registres d’État civil français. Les effets du mariage seront opposables aux tiers en France à compter de la transcription sur ces registres.

Sources : JOAN Q 9 août 2016, p. 7275 Rép. min n° 95125 – http://www.lexisnexis.fr/depeches/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s